Marc Sautet, mettre en question


Ensuite, et c’est l’essentiel, tous les sujets sont susceptibles d’être traités de manière philosophique. La Philosophie ne tient pas à ses sujets. Ce n’est pas une « matière » à enseigner ni un champ à cultiver, c’est un état d’esprit, une manière de faire usage de son intellect. Le philosophe n’a pas d’objet propre. Il part des idées reçues, des opinions, du sens commun, des idéologies dominantes, des révélations religieuses, des réponses données par la science pour les soumettre à l‘examen. Tout est donc objet de sa réflexion. Le néophyte n’a nul besoin de se faire une montagne des sujets propres à cette discipline. Il n’y en a pas. Il n’y a pas de spécificité de l’objet de la philosophie : philosopher , c’est mettre en question, au sens banal de l’expression, ce qui est déjà là comme réponse et qui, de fait, ne convient pas. Il se trouve que les réponses pullulent, s’opposent, se contredisent. Le philosophe cherche à y voir clair à mettre de l’ordre dans cette confusion, à rendre la raison arbitre.

(Marc Sautet, Un café pour Socrate, 1995, Robert Laffont p 35

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *