Jean Baudrillard, La Société de consommation


Le fait qu’aujourd’hui les ennemis jadis mortels se parlent, que les idéologies les plus farouchement opposées « dialoguent », qu’une sorte de coexistence pacifique s’installe à tous les niveaux, que les mœurs s’assouplissent, tout ceci ne signifie pas du tout un progrès « humaniste » dans les relations humaines, une plus grande compréhension des problèmes, et autres fadaises. Cela signifie simplement que les idéologies, les opinions, les vertus et les vices n’étant plus à la limite qu’un matériel d’échange et de consommation, tous les contradictoires s’équivalent dans le jeu des signes. La tolérance dans ce contexte n’est plus ni un trait psychologique ni une vertu : c’est une modalité du système lui-même. Elle est comme l’élasticité, la compatibilité totale des termes de mode : jupes longues et minijupes se « tolèrent » très bien […].
    (Jean Baudrillard, La Société de consommation ,Folio – Gallimard, 1990, p. 277.)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *