Heidegger, Philosophie


La philosophie – ce que nous appelons ainsi – n’est que la mise-en-marche de la Métaphysique, par laquelle elle accède à soi-même et à ses tâches explicites. Et la philosophie ne se met en marche que par une insertion spécifique de mon existence propre dans les possibilités fondamentales de la réalité-humaine [Dasein] en son ensemble. Pour cette insertion, voici ce qui est décisif : d’abord, donner accès à l’existant dans son ensemble ; ensuite, lâcher prise soi-même dans le Néant, c’est-à-dire s’affranchir des idoles que chacun possède et près desquelles chacun cherche ordinairement à se dérober ; enfin, laisser cours aux oscillations de cet état de suspens, afin qu’elles nous ramènent sans cesse à la question fondamentale de la métaphysique, celle qui extorque le Néant lui-même : Pourquoi, somme toute, y a-t-il de l’existant plutôt que rien ?

(M. Heidegger, Questions I, Gallimard, 1968, p. 72.)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *